Lexique des ingrédients utilisés
dans les compléments alimentaires

A . B . C . D . E . F . G . H . I . J . K . L . M . N . O . P . Q . R . S . T . U . V . W . X . Y . Z
 

SAFRAN (crocus) : autrefois considéré comme une panacée, le safran fait encore partie aujourd’hui des pharmacopées chinoise et indienne, entre autres. Retenons tout particulièrement qu’il serait un des produits végétaux les plus riches en riboflavine, c’est-à-dire en vitamine B2. Le safran est connu pour ses diverses propriétés médicinales, notamment : stimulant de l’appétit, eupetique, stomachique, excitant, peut-être narcotique, hypnotique, influence sélective sur les organes génitaux féminins, emménagogue, actif dans les bronchites chroniques, sédatif, antispasmodique, antiprurit gingival et aphrodisiaque. Il présente également une puissante activité dans la synthèse des protéines et une activité cardiovasculaire.

SASSAFRAS : depuis des centaines d’années, les Amérindiens ont utilisé le sassafras dans plusieurs traitements : traitement de la constipation, des flatulences et d’autres problèmes gastro-intestinaux. Il a également été utilisé comme tonique général et employé pour traiter les rhumatismes et les inflammations des voies urinaires. Le sassafras est aussi très utile pour arrêter de fumer car il en diminue l’envie. De façon externe, le sassafras a servi dans les cas de douleurs rhumatismales, de goutte, de sumac vénéneux, et pour les problèmes de peau tels, le psoriasis et l’eczéma. Contre-indiqué durant la grossesse.

SAUGE :
la sauge est riche en huile essentielle et les sommités fleuries contiennent des flavonoïdes connus pour leur activité stimulante sur les corticosurrénales. Elle est utilisée entre autre pour ses bienfaits sur la sphère circulatoire. Elle est également psychostimulante.

SAULE : l’écorce de saule possède des dérivés salicylés, dont le représentant majeur est le salicoside, qui a les mêmes propriétés que l’aspirine, sans en avoir les effets indésirables. Ces dérivés salicylés sont anti-inflammatoires notamment au niveau articulaire. Ils agissent sur la douleur au niveau central et périphérique. De plus, ils sont antipyrétiques c’est-à-dire qu’ils abaissent la fièvre. Le saule blanc sera donc conseillé d’une part pour soigner les symptômes dus aux refroidissements et à l’état grippal, d’autre part pour soulager toutes les douleurs notamment les douleurs articulaires provoquées par les rhumatismes et l’arthrose.

SAUMON (huile de) : de nombreux travaux ont mis en évidence un très faible taux de maladies cardio-vasculaires chez les Esquimaux par rapport aux Européens, bien que leur alimentation soit souvent riche en corps gras. Malgré cela, ils ne mourraient jamais d’infarctus. Les recherches scientifiques ont démontré que l’apport d’huile de saumon dans leur alimentation évite les problèmes cardio-vasculaires. De plus amples investigations sur l’huile de saumon ont apporté une explication quant à sa composition : elle est riche en certains acides gras essentiels polyinsaturés caractéristiques (EPA et DHA). Chacun reconnaît également que l’alimentation actuelle, dans nos pays occidentaux est trop riche en acides gras saturés, facteurs de risques cardio vasculaires et manque d’acides gras essentiels EPA, DHA. Des recherches ont confirmé l’amélioration du bilan lipidique, suite à une consommation régulière d’huile de saumon. En effet, la prise quotidienne d’huile de saumon contribue à faire diminuer le LDL-cholestérol, les triglycérides et prévenir ainsi l’athérosclérose, sans effets indésirables.

SAW PALMETTO : les baies du saw palmetto ont été utilisées traditionnellement comme anti-inflammatoire dans les pathologies veineuses (hémorroïdes, jambes lourdes) mais également dans le traitement des dysfonctionnements de la sphère génito-urinaire (prostate, cystite).

SELENIUM : le sélénium est un oligo-élément, c’est-à-dire une particule minérale présente à l’état de trace dans notre organisme. La meilleure connaissance des différents métabolismes et réactions biochimiques de notre corps a permis de déclarer le sélénium, oligo-élément essentiel pour le rôle déterminant qu’il joue notamment dans les défenses de l’organisme.

SENE : le séné de l’Inde ou de Tinnevelly est largement cultivé en Inde pour ses folioles lancéolées riches en sennosides. Les folioles de séné ont une action laxative voire purgative selon la quantité utilisée. Mises sous forme de gélules de poudre totale cryobroyée et prises par voie orale, l’effet se produit au bout d’une dizaine d’heures : la motricité du côlon est accélérée, le volume des selles est augmenté grâce à une inhibition partielle de l’absorption d’eau au niveau du côlon permettant une meilleure hydratation des selles. Il ne rééduque pas les intestins et constitue donc seulement un traitement d’appoint efficace de la constipation occasionnelle. A ce titre, son emploi chez l’enfant est déconseillé de même qu’un traitement dépassant dix jours chez l’adulte. Par la suite, pour retrouver un transit harmonieux, il convient d’utiliser pendant quelques mois des plantes riches en fibres telle l’ispaghul.

SHITAKE : le champignon de shitaké est utilisé au Japon et en Chine depuis plus de 1000 ans pour son pouvoir stimulant et reconstituant. Deux principes actifs sont présents dans le shitaké : le lentinan et l’AC2P. Le shitaké est riche en minéraux, oligo-éléments, vitamines du groupe B et acides aminés. Une autre substance (éritadémine) présente dans le shitaké est favorable au bon cholestérol. Les indications sont quasiment superposables et l’effet est attribué à un polysaccharide complexe. On parle à ce propos d’immunomodulation ou de renforcement du système immunitaire. Ces effets sont bien corrélés par des études scientifiques. Le shitaké japonais cache la forêt chinoise : le cas de ce champignon asiatique est assez exemplaire.

SILICE : Notre corps contient 1,4 g de silice et nos besoins quotidiens de ce minéral sont de 20 à 30 mg par jour. La silice assure la minéralisation osseuse en aidant à la fixation du calcium, et point très important, elle aide à prévenir la déminéralisation génératrice d’ongles cassants et de cheveux dévitalisés.

SILICIUM ORGANIQUE : le silicium est l'élément le plus répandu sur terre après l'oxygène. L'oxyde de silicium (SiO2), corps solide de grande dureté, constitue plus de la moitié de la croûte terrestre. Les enveloppements d'argile ne sont-ils pas utilisés depuis la nuit des temps pour soulager les douleurs ? Ils sont composés essentiellement de silicates hydratés d'aluminium. C'est en 1957 qu'un chimiste, chercheur au CNRS s'intéresse au silicium . Avant lui, Pasteur avait prévu l'importance du silicium pour la santé, mais c'est lui qui étudie des formes de silicium organique facilement assimilables par l'homme. Sa découverte confirme un traitement ancestral, bien connu au Maroc, qui consiste, en cas de rhumatismes, à se faire enterrer jusqu'au cou dans du sable chaud pendant trente minutes, tous les jours, pendant deux semaines. Le silicium organique est tellement «bio-disponible» qu'il est facile à assimiler par l'organisme.

SODIUM : le sodium se trouve sous diverses formes dont la plus connue est le sel ordinaire (Chlorure de sodium). Le sodium est indispensable à la transmission de l’influx nerveux et gouverne, avec le potassium, tout l’équilibre hydrique de l’organisme. Il règle la répartition de l’eau corporelle, les mouvements d’eau dans l’organisme, les échanges entre l’eau intracellulaire (où se trouve le potassium) et l’eau extra-cellulaire. Le sodium est en permanence absorbé dans le tube digestif pour rejoindre le sang. Le surplus est filtré et éliminé par les reins en même temps que la quantité d’eau nécessaire. Un excès de sel donne soif parce que l’équilibre hydrique de l’organisme est perturbé par une élimination importante. Le sel est éliminé dans les urines mais aussi dans la transpiration. Une carence prolongée en sodium entraîne une déshydratation, de l’hypotension, de la fatigue musculaire, une baisse de la libido et une altération des fonctions du système nerveux.

SOJA : le soja est une plante universelle. Les extraits actifs de soja sont naturellement riches en isoflavones. Les principaux isoflavones du soja sont la génistéïne, la daidzéïne et leurs métabolites (sous-produits). Les isoflavones font partie de la famille des flavonoïdes. Les isoflavones du soja ont des effets inhibiteurs ou modulateurs sur une dizaine de processus métaboliques. Entre autres, ils s’attachent aux récepteurs œstrogéniques, inhibent l’angiogenèse, c’est-à-dire la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, et stimulent les récepteurs de lipides à basse densité, le « mauvais » cholestérol. Les autorités américaines ont analysé un nombre suffisant d’études pour être convaincues que, lorsque des personnes au taux élevé de cholestérol remplacent tout ou partie des protéines animales de leur régime par des protéines de soja, leur taux de cholestérol total et de LDL-cholestérol (le « mauvais » cholestérol) diminue de manière significative. La génistéine semble avoir également un effet puissant sur la croissance et la régulation cellulaires, en favorisant l’inhibition des enzymes nécessaires à la division cellulaire, tout en prévenant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans les cellules cancéreuses. Les avantages du soja ne s’arrêtent pas là. Chez les femmes en période de préménopause, les œstrogènes végétaux présents dans le soja semblent freiner les effets des œstrogènes humains. Chez les femmes postménopausées, toute action œstrogénique, même faible, peut favoriser la diminution des effets de la ménopause. Des études ont révélé que l’administration de 40 g supplémentaires de protéines de soja par jour augmente le contenu minéral osseux de certaines vertèbres, tout en diminuant la sévérité des symptômes de la ménopause, telles les célèbres « bouffées de chaleur ».

SOJA (huile de) : l’huile de soja est riche en acides gras polyinsaturés et ne contient pas de cholestérol. Les graines de soja sont également riches en calcium, fer, zinc, phosphate, magnésium, vitamines B et folate et vu leur abondance, la biodisponibilité ne pose aucun problème.

SOJA (lécithine de) : la lécithine de soja est extraite de la graine par pression, puis isolée par décantation de l’huile ainsi obtenue. Elle est constituée de phospholipides, les éléments constitutifs des membranes de toutes nos cellules. C’est un émulsifiant naturel des corps gras, notamment du cholestérol qui ne se dépose plus dans les artères. La lécithine de soja favorise la régulation du taux de cholestérol (en augmentant le « bon cholestérol » en en diminuant le « mauvais cholestérol ») et permet de lutter efficacement contre la formation de la plaque d’asthérome, responsable des maladies cardio-vasculaires. Les phospholipides présents dans la lécithine de soja, très riches en acides gras polyinsaturés, participent à la formation des membranes des neurones. Les membranes deviennent plus fluides, ce qui améliore le fonctionnement cellulaire. Ces phospholipides favorisent une meilleure qualité des échanges intercellulaires et donc un développement naturel des capacités intellectuelles.

SORBITOL : le sorbitol est traditionnellement utilisé pour son pouvoir sucrant. Il se trouve à l’état naturel dans le sorbier des oiseleurs, mais de nos jours il est extrait en utilisant de l’hydrogène en partant de la fécule de pommes de terre et de l’amidon de maïs. Il est admis dans le régime du diabétique car il peut, comme le sucre de fruits, être consommé en quantités limitées.

SOUFRE : le soufre est un métalloïde qui appartient aux acides. Les aliments riches en protéines en contiennent beaucoup : œufs, légumineuses, oléagineux. Nous trouvons des combinaisons de soufre aussi dans les céréales complètes (surtout dans l’avoine), dans plusieurs légumes (choux-fleur, choux de Bruxelles, cresson, oignon, ail, radis, asperge) et dans les dattes. Le soufre joue un rôle important dans le métabolisme. Un manque de soufre se traduit par une mauvaise santé du cheveux, par des ongles qui se cassent et par une peau qui se flétrit. Le soufre tout comme le manganèse permet la synthèse des protéoglycanes et favorise la régénération du cartilage articulaire.

SPIRULINE : la spiruline est une minuscule algue bleue surnommée « arc-en-ciel », à cause de ses pigments. Des études récentes ont montré que la spiruline, plus riche en protéines que le soja est également une source intéressante de fer et de bêtacarotène. Si l’on ajoute à cela une extrême richesse en acides aminés, en vitamines (dont l’acide folique, la vitamine C, des vitamines du groupe B (B1, B2, B6, B12), en sels minéraux, en acides gras essentiels, en cuivre, en chrome, en zinc, en sélénium, en fer, en manganèse, en iode et même en or et en argent (en quantité infinitésimale), on comprend que son utilisation comme complément alimentaire soit judicieuse dans les régimes amincissants et les préparations sportives. Sa richesse en protéines permet de supprimer la sensation de faim et de soutenir l’effort physique. Vitamines, acides gras essentiels et minéraux pallient les carences de menus déséquilibrés et apportent vitalité à l’organisme. Cette source de vitalité peut-être également mise à profit pour lutter contre la fatigue.

SUREAU : la fleur de sureau noir (flos sambuci) est surtout connue pour sa richesse en rutine dont l’activité sur la perméabilité capillaire est aujourd’hui scientifiquement démontrée. Elle est conseillée pour le confort veineux.

Page suivante : T

Retour
S
     
       
       
   
       
Haut de page